Back to Top

à l'ouest

Anne Wolfers dessins

22 € • 11,5 x 19 cm • 288 pages • isbn 9782359840803 • octobre 2017 • collection Hors-formats

Je courais, je courais, mes jambes couraient très vite.
Il y avait des signes.
Je courais tellement vite que je n’entendais rien.
Les nuages étaient sombres, je ne les voyais pas.
La terre tremblait, je ne la sentais pas.
Je courais…
Tout à coup le mur était là!
Je courais trop vite, je n’ai pas pu freiner.

 

Quand son corps lâche, Anne Wolfers plonge. S’en suivra une dépression sévère qui la conduit à l’hôpital Sainte-Elisabeth, en psychiatrie. Elle y passera six semaines. Là, des idées sombres plein la tête, une habitude s’installe : chaque jour, sans exception, elle dessine dans son carnet de croquis. États d’âme, phrases notées au vol, injonctions du corps médical, effets secondaires des médicaments, reflets de ses émotions, les dessins s’enchaînent jour après jour.

De ce rendez-vous salvateur avec son bic noir, elle fera un journal, reproduit ici fidèlement, où tous ses états se succèdent en une palette allant du sentiment le plus noir à l’autodérision la plus féroce.

D’un trait expressif, Anne Wolfers nous ouvre les portes de la rémission de sa dépression. Avec humour et lucidité, elle nous donne une « vue du dedans » et provoque inévitablement l’empathie du lecteur.

Ni livre de recette vers le bonheur ni manuel contre l’état dépressif, ce carnet de croquis parlera à chacun d’entre nous : de nos parts d’ombre sûrement mais aussi de l’étincelle de vie que nous portons.

 

on en parle dans la presse !
Guy Duplat, La Libre Belgique : "Un livre magnifique et singulier (…) Chaque jour, jusqu'à la guérison, avec un Bic noir, elle a dessiné une question, un état du corps ou de l'esprit, ses rapports avec les médecins ou les médicaments. C'est très beau, souvent drôle, toujours émouvant."

Victoire de Changy, Mu in the city : "Le trait, précis et expressif, rendra compte de façons toujours différentes des rengaines qui, dans sa tête ou dans les faits, semblent tous les jours les mêmes. Est-ce que c’est normal, docteur ?, se demande-t-elle, encore et encore. Il faut être patient, lui conseille-t-on, ce n’est qu’un symptôme, des effets secondaires. Une nouvelle journée qui commence, constate-t-elle, non sans ironie. Elle se répète : ça va aller. La même vague noire, tous les matins. Jusqu’à un peu moins noire, soudain."

 

 

à noter dans les agendas :
11 octobre 2017 : A l'occasion de la sortie de son livre A l'ouest, vernissage de l'exposition d'Anne Wolfers à la Librairie Peinture Fraîche (Bruxelles).

 

 

mots-clefs :

Roman graphique
Carnet de croquis
Dessin
Identité-Quête de sens
Autoportrait