Back to Top

Le Ouistiti

Myriam Mallié conte Gianluigi Toccafondo peintures

18 € • 14 x 20 cm • 64 pages • isbn 9782359840438 • 2013 • collection En toutes lettres

D'après un conte des Frères Grimm

 

Dans la tour, il y a une fille. On la dit princesse. À vrai dire, c’est sans importance. On est princesse que par filiation et cette fille ne se revendique d’aucune lignée. Comme si avant elle, il n’y avait rien ni personne.

Il était une fois une tour... un instrument étrange qui permet de tout voir, tout savoir. Une princesse a choisi d’y vivre. Elle y cache son refus du monde. Elle use et abuse du regard omniscient que la tour lui offre. On la dit folle, cruelle et solitaire. Et elle l’est. Elle se pense invincible et elle défie les hommes. Jusqu’au jour où trois frères...

 

Après La mort de Gilgamesh, La petite Sirène, Le Petit Chaperon rouge et, bien entendu, Conter, Myriam Mallié nous raconte à nouveau une histoire. Elle dit le conte bien entendu, et l’on suit son fil, impatient du dénouement. Mais, dans le même temps, chaque phrase pousse notre pensée au plus profond du récit. Au fil des mots, le sens affleure, le conte nous offre ses clefs et nous donne à voir son ancrage dans nos vies. Et c’est bien là tout l’art du conteur !

Les dessins de Gianluigi Toccafondo sont sompteux. Réalisés en peinture sur des pages de magazine, ils en gardent des traces. Un œil ou une main apparaissent et s’intègrent à la peinture dont la fluidité rend bien la mouvance du conte, l’instabilité qui le traverse...

 

Feuilleter un extrait

du même auteur

mots-clefs :

Conte-Mythologie
Peinture
Initiation