Back to Top

Mater Baltica

Elena Tognoli fragments et dessins • traduction Eloisa Del Giudice

24 € • 17 x 22 cm • 128 pages • isbn 9782359841534 • mai 2022 • collection Hors-formats 


On a trouvé une femme dans la mer baltique, elle était remplie de petits œufs
, ainsi commence et termine le récit graphique d’Elena Tognoli.

Entre-temps, cette femme aura effleuré notre monde et y aura déposé son goût pour les mots et les questions ; mais aussi sa complexité et son souhait de liberté.

Femme-mirage, elle questionne notre monde, dans lequel elle cherche sa place, parmi les humains, dans la nature. À sa manière, elle nous informe de l’état du monde. Femme-trouvée, décortiquée, objectifiée, elle ne se laisse cependant pas réduire aux attributs qu’on lui appose ; malgré les tentatives de la définir selon son apparence, son âge ou ce qu’elle a dans le ventre, elle reste insaisissable et échappe aux cases.

Femme-matrice au sein de cette mer-mère, elle interroge la féminité, la maternité, et plus largement la filiation. Femme-plurielle, elle semble être le tout et la partie.

Femme-univers, elle dépose ses mots au creux du récit. En elle, gravitent les pensées des mères du monde ; pensées-questions, pensées polyphoniques, pensées suspendues. Et quand les mots viennent à manquer, les dessins prennent le relais avec leur densité et leur bleu profond.
Ni déesse, ni sirène, cette femme-nageuse dépose son petit tas d’œufs sur la plage. Ils éclosent en mots et par là nous adviennent. Qu’en ferons-nous?
Mater Baltica nous tend un miroir, sans jugement ni réponse. À ceux-là, elle préfère la plongée en profondeur.

Elena Tognoli propose un voyage dans un univers qu’elle maîtrise parfaitement. Ses dessins s’accordent au récit, le prolongent, l’accélèrent et emmènent le lecteur dans un monde flottant où perdre pied serait un préalable. Dessins et écriture s’entremêlent pour tisser un récit onirique fluide comme le sable, profond comme la mer.

Les éditions Esperluète accompagnent ici une première publication d'Elena Tognoli et remercient Eloisa Del Giudice pour la traduction du texte.

 

Dans la presse :

 

Tantôt joyeuse, tantôt songeuse, tantôt peureuse, pleine de désir ou de larmes, la femme s'interroge sur la féminité, la maternité et la filiation dans un monde dont l'état inquiète. Et si les matriarches que sont les baleines et les éléphantes disparaissaient sans descendance? Et si ses petits œufs donnaient naissance à des monstres? Et si... Autant de questions qui trouveront réponse quand l'héroïne découvrira que ses petits œufs éclosent en mots et que ces mots font des phrases et que ces phrases font des histoires...
 
Avançant autant par le texte que par les dessins, "Mater Baltica" nous pousse à nous questionner, sans toutefois apporter de jugement ou de réponse. Les mots d'Elena Tognoli, fort bien traduits, ont la force de ce qui a été vivifié par les embruns. Ses dessins, qu'ils soient en vignettes, en pages ou en doubles pages, de toute beauté, à la fois fluides et expressifs, renforcent ses propos. Ce roman graphique a la force de sa douceur, et la douceur de sa force. Comme une mère/mer.
 
Article de Lucie Cauwe publié sur Lu cie&co le 13 mai 2022.
 
 

 

 

 

mots-clefs :

Roman graphique
Dessin
Nature
Femme-Féminité
Transmission
Eau
Identité-Quête de sens
Être au monde
Parole-Silence
Jeu-Jeux de langage
Animaux