Back to Top

  

Sauvage est celui qui se sauve / rencontres avec Veronika Mabardi
11 mai, librairie Tulitu / 17 mai, librairie Papyrus
Cher arbre d'Albane Gellé et Séverine Bérard
en librairie le 8 avril 2022
Révérends Pères de Jean Marc Turine
Fiction Radio France Culture, samedi 19 février
 
 
 

Gregory O'Brien, Un après-midi avec Janet Frame (Auckland, avril 1987)

traduit de l'anglais (NZ) par Pierre Furlan - photographie : Robert Cross

«Un rêve codé.» C’est ainsi que Janet Frame a décrit Les Carpates à Tim Curnow, son agent littéraire, alors qu’elle était sur le point d’achever ce livre en octobre 1987[1]. Sans doute ne voulait-elle pas qu’il entretienne des espérances commerciales trop élevées. Il s’agit en effet d’un roman peu orthodoxe qui demanderait quelques efforts au lectorat dont la célèbre autobiographie en trois volumes de Janet Frame avait suscité l’essor dans les années 1980. Codé et onirique, comme tous les romans de Janet Frame, Les Carpates est aussi pour moi une avenue qui me ramène à ma première rencontre avec Janet.

Lire la suite...